LES MARAIS DE LA DIVES

  • Région biogéographique : Atlantique
  • Région administrative : Normandie
  • Département : Calvados
  • Superficie approximative : 1835 ha
  • Année de labellisation : 2022
  • Lien site internet : /
  • Localité : Troarn, Varaville, Bavent, Brucourt, Basseneville, Saint-Pair, Saint-Pierre-du-Jonquet, Hotot-en-Auge, Saint-Samson, Goustranville, Merville-Franceville, Putot-en-Auge, Cléville
  • Code européen : FR.WE2.2022

Descriptif

Situés au cœur du pays d’Auge, les marais de la Dives s’étendent sur plus de 10 000 hectares de prairies inondables, entrecoupées de nombreux canaux et fossés. Aménagé par l’homme depuis le 11ème siècle, ce territoire humide est doté d’une biodiversité exceptionnelle et de superbes paysages, une faune et une flore atypique remarquables à découvrir.

  • Type de territoire : Zones humides
  • Biodiversité et politiques publiques : Les marais de la Dives sont concernés par plusieurs classements en ZNIEFF de type I : Marais de trois chaussées, marais du grand canal, marais de Varaville, marais de Brucourt et Goustranville, bois de Bavent, ainsi qu’un classement pour partie du territoire en ZNIEFF de type II : les marais de la Dives et ses affluents.
  • Faune ET FLORE : Le territoire occupe une place stratégique au niveau régional et jouent un rôle de corridor écologique pour de nombreuses espèces d’oiseaux (167 recensés par l’Association des marais de la Dives), mammifères (47 espèces dont 18 protégées au niveau national), papillons, scarabées, coccinelles, libellules, demoiselles, sauterelles, criquets, mollusques, crustacés, annélides ne sont pas en reste, comme les 45 espèces de poissons identifiées.
  • Activités : Elevage, agriculture, chasse, élevage, pêche
  • Développement local :
  • Chasse durable : La pratique de la chasse y est fréquente, avec notamment la présence de nombreuses mares et huttes de chasse.
  • Gouvernance : Le collectif Vivre les marais de la Dives 102 adhérents dont une majorité de propriétaires accompagnés d’agriculteurs, chasseurs, et gestionnaires de gabions soucieux d’agir dans le respect de la faune et de leur environnement.
    Créé en 2020 le collectif propose de rassembler ses adhérents autour du projet commun de labellisation afin de valoriser et de mieux synchroniser l’usage de nouvelles pratiques favorables à la biodiversité.